Fin janvier, j’ai eu l’opportunité et la chance de pouvoir visiter un centre de tri, situé à quelques kilomètres de chez moi. Ca faisait un petit moment que j’en avais envie, alors je n’ai pas beaucoup hésité quand j’ai reçu cette proposition !

Ainsi, j’ai pu me rendre compte de la quantité de déchets gérée par jour, de son devenir, des erreurs qui coûtent chères. Et bien entendu, malgré tout, je le savais déjà, que le recyclage n’est pas une solution en soi. Car le meilleur déchet, c’est celui que l’on ne produit pas.

Les informations et les chiffres dont je vais vous faire part aujourd’hui, sont propres à ce centre de tri. En cas de doute, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre organisme de collecte, ou bien entendu de votre mairie. 

Et si vous en avez l’opportunité, ou l’envie, n’hésitez pas à aller visiter un de ces centres. Car même si on est sensibilisé et que l’on fait attention à notre consommation, et à nos déchets, une petite piqûre de rappel ne fait de mal à personne. 

Le centre de tri

Il s’agit du SYMEVAD : SYndicat Mixte d’Elimination et de VAlorisation des Déchets ménagers. Il se situe à Evin-Malmaison, dans le Pas de Calais, et couvre environ 98 communes, soit 325.000 habitants et traite près de 213.000 tonnes de déchets par an.  

Comme je vous l’ai indiqué un peu plus haut, il s’agit d’un centre de tri. Je n’aborderai donc pas ou très peu les ordures ménagères ici (déchets non recyclables).

Cette usine vient remplacer l’ancienne, pour permettre de gérer plus de déchets. Elle a couté 14 millions d’euros, juste pour le tri. L’ancien centre de tri a, quant à lui, été transformé en ressourcerie, pour réparer et valoriser ce qui peut encore l’être. 

Il y a quelque temps encore le lieu pouvait accueillir et stocker tout le papier, carton, plastique, métal qui arrivait. Et c’était suffisant. 

Désormais la zone de « stockage » est remplie de papiers et de cartons compactés, qui s’accumulent et qui prennent la place, parce que personne n’en veut !!!

ça déborde !

L’intervenant 

J’ai été surprise de sa capacité, dans son discours, à « ne plus vouloir exister ». En effet, il présente des solutions et met en avant les alternatives qui existent sans déchet ; promeut le vrac, la réduction (bah oui quand tu fais tes courses, si tu n’as que 2 articles, le sac ne le prends pas, tu as des mains)… et sensibilise énormément aux erreurs de tri.

Il donne également quelques astuces pour éviter le gaspillage alimentaire, comme : 

  • Vérifier ce qu’il nous reste dans les placards 
  • Faire une liste de course
  • Acheter en gros contenants plutôt qu’en paquets individuels suremballés 

En gros si tout le monde respecte ce qu’il dit, il n’y aura plus d’erreurs de tri, les gens se mettront à faire attention à ce qu’ils jettent, ce qu’ils consomment, voire achèteront en vrac. Un doux rêve, je pense qu’il a encore quelques « moisnnées » dans sa carrière avant de ne plus exister. 

Il nous indique également qu’en France, il y a beaucoup de centres de tri, et très peu d’usines de transformations. C’est pour cela que les déchets sont envoyés à l’étranger. Sauf qu’aujourd’hui, on en a déjà entendu parler, certains pays ferment leurs frontières et n’acceptent plus les déchets venant d’ailleurs. 

L’expression : « Le meilleur déchet c’est celui qu’on ne produit pas », prend alors tout son sens ! 

Le saviez-vous ? 

Tout déchet qui est inférieur à 5 cm, soit à peu prêt la paume de la main, part à la poubelle. 

Oui, à la poubelle, celle des ordures ménagères. Alors qu’on les a triés avant et qu’il s’agit là de matière recyclable. 

Tout simplement parce que les machines ne les détectent pas. En effet, elles sont prévues pour reconnaître les déchets sous leur « aspect commun ».  

Donc maintenant que tu sais ça, arrête d’écraser ta bouteille en plastique d’1,5 L, sinon elle finira à l’enfouissement. 

Personnellement je te dirais bien, arrête tout simplement l’eau en bouteille et utilise une gourde et des contenants réutilisables.

Pareil pour les briques, le papier etc… ne les déchirez pas, ne les compactez pas. Laissez-les tel quel ! Et surtout évitez un maximum les portions individuelles qui, quoi qu’il arrive sont trop petites et finiront aux ordures ménagères. 

Les aberrations

Lors de la visite, notre hôte nous fait part et nous sensibilise aux erreurs de tri retrouvées (trop) fréquemment dans les bacs dédiés. Il nous indique, que ces erreurs représentent 20% des déchets qui arrivent au centre.

On retrouve notamment les crottes de chien, les fameuses ! Les paquets de gâteaux jamais ouverts et jetés tels quels. Pendant la visite, nous avons pu observer également la frite de piscine, la tente pliante pour enfants…

L’intervenant, nous indique également, qu’il vaut mieux prendre une poche en plastique (non recyclable) pour recharger son bidon de lessive, que d’acheter un nouveau bidon de lessive, qui lui est recyclable. 

Tout simplement pour des raisons de coût ! 

La poche n’est pas recyclable, cependant elle est plus légère. Donc elle coûte moins chère à jeter, qu’un bidon à recycler. 

Si vous avez bien tout suivi, on parle plus d’impact financier, que d’impact écologique. En d’autres termes l’argent a plus d’importance que la planète !!! 

Si vous voulez une solution pour ne jeter ni poche, ni bidon, il y a la lessive maison !

Quelques chiffres

Jusqu’en 2012, L’ancien centre de tri, gérait 10 tonnes de déchets par jour. 

Accrochez vous bien, désormais avec les nouveaux dispositifs, ce sont 10 tonnes par heure qui sont gérées. Soit 90 tonnes sur une journée. 

20 kg / an / habitant : c’est la quantité de denrées alimentaires jetées sans même avoir été ouvertes, pour des raisons de date de péremption, dans la plupart des cas. Ce qui représente 12 tonnes / an, juste pour le territoire cité ci-dessus. 

2,5 millions : c’est le nombre de pulls polaires qui pourraient être confectionnés juste avec le plastique recueilli sur ce site. 

80 € : c’est le prix de la tonne de déchets recyclés. 

100 € : c’est le prix de la tonne d’ordures ménagères. 

Et 180 € à votre avis c’est quoi ? 

C’est le prix de la tonne d’ordures ménagères lorsqu’il y a eu des erreurs de tri. 

Bah oui, parce qu’ils sont d’abord arrivés au centre de tri = 80 € la tonne. Puis, doivent repartir aux ordures ménagères = 100 € la tonne 

80 + 100 = 180 € la tonne. Le tout aux frais du contribuable, et même si tu réduis tes déchets. Bah oui ma p’tite dame, c’est comme ça !

2,5 millions d’€ / jour : c’est le montant du gaspillage alimentaire, lié au geste de déplacer la boite de devant pour prendre celle de derrière. Vous savez pour avoir une date qui va plus loin ! Si le produit à l’avant à une date qui arrive à échéance, il n’est plus vendable. Résultat : bien souvent les denrées, sont tout bonnement jetées. 

3 tonnes : c’est le poids collecté par un camion de ramassage des déchets recyclables. Il en arrive 33 / jour sur le site. 

la ronde des camions

Quant à moi

Depuis quelques temps nous étions super fiers à la maison, car nous mettions de moins en moins souvent notre poubelle de tri. Environ tous les 2 mois, soit 6 fois par an. Cependant, nous compactions les briques, et autres cartons d’emballages, et déchirions les papiers. 

Depuis cette visite, ma poubelle de tri se rempli plus vite, car je laisse chaque déchet recyclable dans son état d’origine, sans le compacter, le plier ou le déchirer. Je dois par conséquent la sortir plus souvent. 

Cependant, le poids de nos déchets continue à diminuer, donc même si la fréquence de sortie « augmente » pour le moment, je sais que la réduction se poursuit. 

Je pense que chaque personne devrait aller visiter un centre de tri. Au moins pour se rendre compte des quantités générées, et à gérer. En effet, on entend souvent parler de chiffres en tout genre, sans avoir la possibilité de pouvoir les matérialiser. Cette visite prend tout son sens pour ça. 

Alors n’hésitez pas !

Belle journée 

Catégories : (re)penser

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *