Il y a encore quelques années ; il y avait une poubelle dans la cuisine sous l’évier, une dans les toilettes, une dans le garage, une dans la salle de bain dont une pour les couches et même une à notre coin bureau. Il y en avait aussi une pour le tri dans la cuisine. 

Et maintenant ? 

Depuis que nous nous sommes mis à réduire nos déchets et avec le temps ; certaines ont disparu, d’autres ont changé de taille, ou d’autres encore sont apparues. 

Tout cela ne s’est pas fait en un jour ! Après un peu moins de 3 ans, voici où nous en sommes. 

Qui a disparu ? 

Aujourd’hui, il n’y en a plus dans les toilettes. Je suis passée aux protections périodiques lavables et réutilisables. Elle n’avait par conséquent plus d’utilité dans cette pièce. 

Elle a fini sur une braderie, et fait le bonheur d’une autre famille !

La salle de bain n’est pas en reste. Et sa poubelle a subi le même sort que la précédente ! Pareil pour celle à couches d’ailleurs. 

Plus ou beaucoup moins de plastique, plus d’usage unique. 

Cotons à démaquiller, mouchoirs, rasoirs, cotons tiges, savons, shampoings, maquillages, crèmes, brosses à dents… Aujourd’hui, pour la grande majorité, tout ceci est devenu : lavable, réutilisable, compostable, solide, rechargeable, recyclable, et souvent plusieurs à la fois. 

Il nous reste quelques flacons en plastiques, pour lesquels nous n’avons pas encore trouvé d’alternatives. 

Poursuivons par le bureau, où il n’y en a plus non plus. Dans une très grande majorité des cas, il s’agit de papier a jeter, que nous mettons directement au recyclage. Ça nous a permis de désencombrer un peu cette partie. Sans poubelle, plus de place. Elle est partie vivre une nouvelle vie dans le garage, où elle permet à Gøt de stocker du matériel. 

Qui a changé de taille ? 

Dans la cuisine, il y a toujours une poubelle. C’est celle qui centralise les déchets non recyclables de la maison. Il y a quelques années, j’y mettais des sacs de 30 L. Et j’en remplissais un / un et demi / voire 2 par semaine. 

Avec le temps et en consommant différemment, aujourd’hui elle a laissé place à un réceptacle plus petit. J’y mets des petits sacs en plastiques de récup’ (parce que même s’ils sont interdit de nos jours, j’en ai encore quelques-uns sous le coude. Et je pense que je ne suis pas la seule !)

Et ce petit sac, fait en moyenne 600 / 700 g et est sorti tous les 2-3 mois. 

un sac poubelle rose
712g pour les 10 dernières semaines…

D’ailleurs, vous pouvez retrouver l’autopsie de notre poubelle ici.

La poubelle de tri a toujours sa place dans la cuisine. Elle n’a pas changé de taille, elle est juste sortie moins souvent ! 

Quant à la poubelle de 30 L, elle a fini au garage. Étant propriétaire, nous faisons parfois quelques travaux qui sont souvent générateurs de déchets non-recyclables (le scotch de peinture par exemple). Elle reçoit également les emballages encombrants (comme le plastique qui entoure un bouquet de fleurs, provenant majoritairement de personnes extérieures. Et qui remplirait d’un seul coup le petit sac dans la cuisine !)

Nous la sortons à peu prêt tous les 6 mois je dirais. 

Pas de panique, nous sommes dans cette démarche depuis environ 3 ans ! Poursuivons.

Qui est apparu ? 

Ou plutôt qu’est ce qui est apparu ? Dans la salle de bain, une main à sel, trouvée ultra soldée dans une boutique qui allait fermer, reçoit ce qui peut être composté : comme les cheveux, les cotons-tiges (en papier), les feuilles mortes des plantes vertes…

un brosse à dent dans un gobelet, un distributeur de savon et une main à sel

Dans la cuisine, un gros tuptup collecte épluchures, thé infusé, marc de café… pour nous éviter de devoir aller tout le temps au composteur. Il est sur notre plan de travail et fait partie intégrante de notre quotidien. 

Je dirais qu’on est même perdu quand il n’est pas là !

Dès qu’il est plein, nous allons le vider au fond du jardin. 

une boite avec des déchets organiques

Une meilleure gestion des déchets, et pas que.

Depuis le début de notre démarche, nous avons repensé notre consommation et nos besoins, pour chacun d’entre nous et dans toutes les pièces de la maison. 

Le chemin parcouru est déjà énorme et il en reste encore ! Nous sommes passés d’une fréquence hebdomadaire de sortie de nos poubelles (tri, ordures ménagères, verts) à un rythme beaucoup moins fréquent, puisqu’aujourd’hui je suis obligée de vérifier les jours de passage, alors qu’avant je les connaissais par cœur. 

En moyenne :

  • tous les 2 / 3 mois pour les ordures ménagères,
  • tous les mois et demi pour le tri,
  • quant au vert, quasiment plus, grâce au composteur.

Il serait trop long ici et maintenant de vous présenter en détails tous ces changements. Nous y reviendrons d’ici peu, pièce par pièce en vous partageant notre expérience.  

Aujourd’hui, notre objectif n’est pas d’atteindre Le bocal. 

On peut et / ou veut continuer à s’améliorer en poursuivant cette démarche ici et même ailleurs. Et surtout sans prise de tête, un pas à la fois. 

Nos efforts d’hier sont nos automatismes d’aujourd’hui !

Belle journée 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *