Souvenez-vous, il y a quelques semaines, je vous présentais le bilan des 3 ans de notre parcours dans la réduction de déchets. Véritable changement de mode de vie, que nous avons mûri, réfléchi, et que nous faisons encore évoluer chaque jour. 

L’occasion pour moi d’introduire plusieurs thématiques, que je vais au fur et à mesure des semaines, aborder plus en détails. Aujourd’hui je vous propose un petit tour dans notre salle de bain, pour vous parler des produits avec lesquels on se lave à la maison. 

Cet article fait également suite à celui sur l’eau en bouteille. Ou comment réduire sa consommation de plastique au quotidien ?

Avant c’était comment ? 

A une époque (proche), le bord de notre baignoire était entouré par une énorme bouteille de gel douche dont 250 ml gratuit, un shampoing pour moi, complété d’un après-shampoing, voire d’un après-après-shampoing ! Sans compter celui de monsieur, pour éviter la chute des cheveux (ça n’a pas marché !). 

Ajoutez à cela un nettoyant visage, un autre pour l’hygiène intime… et les produits pour bébé, nettoyant corps et cheveux, shampoing tout doux, qui ne pique pas les yeux… et j’en passe. De quoi ne plus savoir où donner de la tête. 

Lorsque nous avons décidé de réduire nos déchets, on en était là. Quel casse tête, quelle perte de place ! Et surtout d’argent.

Aujourd’hui, le bord de notre baignoire s’est quasiment, complètement, vidé. Ça a été un parcours semé de senteurs et de belles découvertes que je vais vous partager. 

Les débuts

Déjà pour commencer et comme toujours, nous avons eu une période de transition, avec les produits qu’ils nous restaient, et qu’il fallait terminer. Nous étions loin de ne plus avoir de plastique dans notre salle de bain ! Avec le recul, nous savons que ce ne sont certes pas des produits avec une composition clean, mais nous y étions habitués. Il allait falloir peu à peu modifier, puis changer nos habitudes. 

Sans transition, pour la transition, nous avons fait le choix qui nous paraissait le plus « logique », à savoir le savon de Marseille et / ou d’Alep. On en entend parler dans beaucoup de bouquins, ou d’articles. Ils rentrent également dans la composition de certains cosmétiques ou produits d’entretiens que l’on peut fabriquer soi-même, grâce à leurs nombreuses vertus. Ils sont également très économiques, écologiques… bref, une mine d’or ! 

un bloc de savon de Marseille
Image par MIKELANGE de Pixabay 

Pour éviter de retomber dans l’achat de 36 produits, nous nous sommes naturellement orienté vers eux. 

N’hésitez pas à lire cet article, très complet, qui vous guidera pour bien le choisir.

L’ objectif à l’époque, était d’avoir le même savon pour tout le monde, pour se simplifier la vie et ne pas recommencer à encombrer le bord de la baignoire avec chacun le sien. Malheureusement, son odeur et le fait qu’il dessèche la peau, l’a fait sortir de notre salle bain. D’autres solutions existent :

  • Et du coup t’utilises quoi ?
  • Un SAF
  • Un quoi ?
  • Un savon Saponifié A Froid. Souvenez vous, j’en avais déjà parlé ici.
  • Ah ! Et c’est quoi ? 
  • Il s’agit d’un procédé de fabrication artisanale, de certains savons, dans lequel les ingrédients sont travaillés principalement à température ambiante. Ce qui va permettre de garder leurs propriétés (puisqu’il ne seront pas « cramés » à la cuisson). Il sera donc plus doux pour la peau. Si tu es intéressé, je te conseille cet article très bien fait qui t’en dira un peu plus !
  • Et du coup, tu nous conseilles quoi ? 

Quel savon choisir, dans un marché en pleine expansion ? 

Attention, je ne suis pas là pour vous venter les mérites de telles ou telles marques. Cet article n’est absolument pas sponsorisé par qui que ce soit. Comme je l’ai indiqué plus haut, il s’agit, de notre retour d’expérience. 

Depuis plusieurs années, j’ai pu tester, à mes frais, plusieurs marques de savons à froid. Je les ai découvertes soit en magasin bio, dans de petites boutiques, sur la toile, ou encore sur le marché. C’est d’ailleurs un critère important, vous ne trouverez pas un savon à froid dans un supermarché, en pharmacie ou en parapharmacie (ou alors dans de très très rares cas). Attention au greenwashing et à ce que les industriels veulent vous vendre partout et par tous les moyens. Ils portent les noms de : 

  • Gaiia 
  • Pachamamaï
  • Soin de soi 
  • La savonnerie des Hauts de France 
  • Lamazuna
  • Clémence et Vivien 
  • La savonnerie aubergine 
  • Carnet de savon 
  • Folie verte 

Et bien d’autres, j’en ai sans doute oublié, je ne les ai pas tous testés et surtout je ne les connais pas tous. Ils ont des senteurs multiples et variées. Et ça, à la maison, je dois dire qu’on adore. Nous n’avons jamais rencontré de soucis particulier (dessechement de la peau…) avec ce genre de savon, toutes marques confondues. C’est donc tout naturellement qu’il est adopté par nous tous, à la maison. 

Le seul inconvénient, c’est que parfois l’odeur d’un savon ne plait pas à l’un d’entre nous (c’est arrivé une fois en 3 ans). 

En général, j’achète plusieurs savons différents dans une même marque. Ça nous permet de découvrir une partie de la gamme proposée. Pour le moment, nous sommes encore en phase de « découverte ». Nous ne sommes pas attachés à une marque particulière, et c’est très bien comme ça. Finalement ce qui est important et qui nous convient, c’est le procédé de fabrication et la composition. Et qu’est ce que ça sent bon !

Et c’est tout ? 

A peu près oui. 

Pour toutes les savonneries que j’ai pu citer ci-dessus, des labels, telles que :

Ces labels signifient un engagement de leur part, sur la qualité et l’origine de leurs produits et / ou des procédés de fabrication. Il peut arriver que certaines marques n’aient pas (encore) de labels, jetez donc un petit coup d’œil à la composition. Gardez à l’esprit que, moins il y a d’ingrédients, mieux c’est ! 

Et si comme moi vous n’êtes ni chimiste, ni expert, plusieurs applications telles que INCI Beauty ou encore Yuka permettent de scanner le code barre et évaluent la qualité du produit en attribuant une note en fonction des ingrédients qui rentrent dans sa composition. 

Et s’il n’est pas reconnu par ces appli, un site existe, il s’agit de lavéritésurlescosmétiques.com dans lequel vous pouvez entrer les ingrédients, qui composent votre savon ou tout autre cosmétique, un par un. Vous saurez très vite s’il est clean ou +/- controversés ! 

Il existe d’autres applications et d’autres sites. Balader vous sur un moteur de recherche ; je vous partage ici ceux que j’ai trouvé lors de mes recherches, dont cet article qui vous propose et présente plusieurs appli qui déchiffrent les étiquettes. Bonne recherche !

Ces petits outils sont très pratiques pour pouvoir s’y retrouver au milieu de cette jungle qui est à notre portée. Et puis vous pouvez également vous amuser à scanner les produits que vous avez à la maison… vous pourriez être surpris ! 

Sachez également qu’à force d’expériences, vous allez finir par avoir un œil aiguisé et averti et reconnaître les bons ingrédients sans outils extérieurs. 

Super, mais le savon ça dessèche la peau ! 

Bon à ce que je vois, tu n’as pas écouté ce que j’ai raconté avant. Je reprends :

Comme les ingrédients sont naturels (pas de pétrochimie) et sont travaillés à température ambiante, ils conservent leurs propriétés. Et la glycérine qui se forme lors de la réaction, est également conservée. Tous ces éléments font que le tiraillement ou dessèchement qu’on peut ressentir avec un savon de Marseille par exemple, ne va pas se produire. Il s’agit d’un produit nettement plus doux pour la peau. 

Attention, ce qui est bon pour nous, ne l’est peut-être pas pour vous. Il est donc important de tester et de se faire sa propre opinion. 

Dans tous les cas, nous à la maison, on a vu un vrai changement. Les enfants et moi-même avons plutôt une peau sensible, et après chaque douche, il fallait se badigeonner de crème, des pieds à la tête pour éviter, justement tout ces tiraillements, dessèchements… de la peau. Là on parle bien de l’époque du gel douche. 

Aujourd’hui avec un savon Saponifié à froid, notre peau à changé du tout au tout. Nous n’avons plus la peau sèche, nous ne sommes plus obligés de nous mettre de la crème partout et tous les jours. Cela peut encore nous arriver, cependant, c’est surtout lié à une saison, une activité (comme la piscine) ou bien encore à une irritation avec le frottement d’un vêtement. Par exemple, là on arrive en automne, je suis vigilante, surtout pour les enfants. Si je constate ou s’ils me disent, que ça les tiraille, on mettra soit du beurre de karité, soit une huile végétale ; mais ça on y reviendra, une autre fois !

Le savon en lui même, ne va pas décaper notre peau, grâce à ces ingrédients sains et à son procédé de fabrication. Par conséquent on est moins obligé de la nourrir, puisqu’il a déjà cette propriété. 

Attends, ton savon miracle, ça doit coûter une blinde !

Ce sont des savons qui sont fabriqués de manière artisanale. Donc oui, ils vont être plus chers que les autres. Ils restent cependant très abordables et plus avantageux qu’un gel douche, et ont une durée de vie plus longue. Cerise sur le gâteau, ils ne sont pas entourés de plastique ! 

Parlons un peu shampoing maintenant, si vous voulez bien.  

Je vais être plus rapide ici, parce que le déroulement a été le même, les marques aussi… en tout cas pour celles qui en fabriquent !

Nous avons commencé par tester un shampoing solide de chez carnet de savon. En première expérience, c’était pas mal. Cependant avec le temps, je trouvais qu’il alourdissait mes cheveux et par conséquent la fréquence de lavage était de plus en plus rapprochée. 

A la suite de quoi, nous avons découvert et testé les shampoing solide de chez pachamamai ou encore celui de chez Lamazuna. Et là, je dois dire, que c’est le top, de notre point de vue et pour toute la famille. Ça mousse, les ingrédients sont clean, ils n’alourdissent pas les cheveux, pas de dessèchement du cuir chevelu. On en est arrivé, à une fréquence d’utilisation d’une fois par semaine, parce qu’il n’y a pas besoin de plus. Du coup il a durée de vie plutôt longue et pas de plastique non plus. 

des shampoings solides de la marque Pachamamai

Dernièrement, nous avons également testé les shampoing solide de chez Druydes. Nous n’avons pas aimé la texture et le fait qu’ils restent « mous ». Autrement ils font le job ! Et c’est un très bon shampoing.

des shampoings solides

Veuillez noter également que le savon de Marseille peut servir de shampoing. C’est une de ses nombreuses propriétés. Si vous tendez vers le minimalisme ou si vous êtes baroudeur, cela peut s’avérer très pratique pour éviter de démultiplier les produits dans votre sac-à-dos. Pour l’avoir testé dans ces conditions dernièrement, effectivement le 2 en 1 (voir le 3 en 1 parce qu’il fait la lessive aussi !) prend moins de place. Mais ce n’est définitivement pas ce que je préfère.

Et tout le monde à le même shampoing ? 

Très bonne question. Pas tout à fait pour le coup, notre puce qui a les cheveux longs n’aimait pas vraiment le shampoing solide. Comme il faut le frotter sur les cheveux mouillés, ils avaient tendance à s’emmêler. Et nous avions le droit à chaque fois à une séance plutôt difficile, de démêlage. 

Alors on a fait le choix d’en acheter en vrac dans notre magasin habituel. Qui en plus de toute l’épicerie sèche, propose également des produits d’hygiène. Comme je n’avais pas de flacon en verre, c’est le seul flacon en plastique qu’il y a autour de la baignoire. Son avantage c’est que je peux le réutiliser à l’infini et le remplir auprès de mon commerçant. 

Et tu parlais d’autres produits tout à l’heure…

En dehors des gels douches et shampoings, que nous avons remplacés par des produits d’hygiène solide ; j’utilisais auparavant un nettoyant visage et un pour l’hygiène intime. 

Pour faire court, désormais on utilise le même savon pour le visage et le corps. Et ça fonctionne très bien. 

Quant au gel nettoyant intime, j’en utilise ponctuellement, en mode « cure » et surtout en cas de besoin. 

Je vous partage la recette que j’ai utilisée. N’hésitez pas à jeter un petit coup d’œil au blog de Louise, c’est une véritable experte et professionnelle qui plus est. Ses articles sont bien détaillés et très complets. En un mot une vraie mine d’or. 

Quelque chose à ajouter ? 

Après ce retour d’expériences, vous constatez qu’on a bien moins de produits qu’avant. A savoir : un savon Saponifié À Froid, un shampoing solide, une bouteille de shampoing en vrac pour notre puce et ponctuellement un gel nettoyant intime.

une douche dans une baignoire

Nous nous sommes allégés : 

  • l’esprit en allant vers ce qui était essentiel pour nous. 
  • l’espace, nous ne sommes pas encore minimaliste au point d’avoir un savon (de Marseille) pour tout, mais nous avons déjà fait un bon bout de chemin. 
  • le porte-monnaie : un savon artisanal va peut être coûter un peu plus cher mais il va durer plus longtemps, et être plus sain. Il ne va pas dessécher la peau, par conséquent on utilisera moins de crème hydratante par exemple…
  • de déchets, puisqu’il est sans emballage et s’il en a un il sera recyclable, ou encore compostable et même chez certains, il est possible de le planter, car il est ensemencé. 

Vous pouvez retrouver tous les produits que je vous ai cités dans votre magasin de vrac, en biocoop, boutiques spécialisées ou encore sur leurs sites respectifs et même sur le marché. 

Et vous vous avez sauté le pas ? Ou vous êtes encore un peu frileux ?

Vous connaissez les produits d’hygiène solide ?

Belle journée 

N’hésitez pas à consulter ces quelques articles en compléments d’information si le sujet vous intéresse.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *